J’ai avalé une mouche [déconstruction romantique]

Le soleil en était à son couchant
Et sous ses derniers rayons, l’Aude scintillait.
L’herbe avait pris ses couleurs de printemps
Et sur la peau de son visage, le vent soufflait.

« Jack, je vole ! », les bras en croix sur mon vélo :
Et c’est ainsi que je manquai de tomber à l’eau.

Etheldrède, qui précise que la fin est fictive
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s