Il y a du feu partout, vive le feu, vivent les fous

Pas pour rien que date limite se dit deadline dans le pays de par-ici… La ligne de la mort approche et je m’occupe plus de la setlist de ma marche funèbre que de la rédaction de mes oraisons shakespeariennes. Et si je finissais DJ, pas prof ou interprète ? C’est bien, DJ… Je ferai des soirées à trois pelés velus et deux tondus créteux dans une cave à vin, au milieu des vignes, et dans notre bacchanale, nous sacrifierons cruellement le canard confit aux dieux de la non-musique sur un fond d’indus ou de post-punk.Coqs coquets aux crêtes noires ou peroxydées, poissons humains dont les filets se déchirent, aux hameçons ancrés dans la peau des langues, des lèvres et des narines. D’un punk’s not dead poussiéreux s’élèveront d’autres hurlements, ceux que l’on cherche à enterrer sous des masses.

Let’s be monsters, set aside and pointed out,
Freed from their normality.
Let’s be artists and cry our liberty.

Assez déliré.

Au boulot Audrey, on inspire, on expire, on se fait craquer les doigts et on Shakespeare.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s