« Vous êtes des obsédés textuels » : Chronique partielle

Une fois n’est pas coutume, je vais raconter ma vie. Comme vous ne le savez peut-être pas, je suis actuellement en troisième année de MCT à l’ISIT… Non, ce n’est pas une maladie vénérienne, ça veut dire Management, Communication et Traduction (même si on se demande bien ce que « Management » vient foutre là) et Institut Supérieur de Traduction et Interprétariat. Et cette semaine, oui, cette longue semaine qui se termine demain, c’est les partiels.

Epreuves éprouvantes autant qu’épouvantables, en résumé, c’est un peu ça :

« Les chamois mongoliens se baladaient gaiement dans le champ de pétrole, quand soudain le dzud arriva : ce fut pour eux l’abbatoir, la tannerie, la papeterie, l’huilerie et même la sucrerie. Il faut dire que l’envolée de décembre a balayé les déclins de novembre. D’où « la mort blanche ».

Pendant ce temps, Obama, qui luttait contre la drogue avec son homologue sans pour autant tenir ses promesses de candidat, se demanda : « Le pacte de stabilité est-il stupide ? ». Salin et Cohen, qui souffraient du typhus à cause de la baisse… du Dow Jones et de l’augmentation du VIX (indice de la terreur !), répondirent « Il est un peu stupide. En même temps, les éoliennes de haute mer, solution révolutionnaire de stockage du CO2, n’avaient pas encore été inventées lors de la Révolution Industrielle ce qui a soulevé des tension et a été à l’origine de la Première guerre mondiale. »

Etienne Dolet, « Essai sur les manuscrits en glagolitique de Rap’anu » »

Carole B.

Oui, je sais, c’est stupéfiant. Non, les stupéfiants ne circulent pas dans les couloirs.

"Vous êtes des obsédés textuels" - Chronique partielle

Et puis, il y a les bourdes… Aaah, les bourdes… Elles viennent vite quand on n’a pas eu le temps de réviser ses cours. C’est la nostalgie des années lycée où, en français, on pouvait se choper des 16 pour la verve, le panache et l’inventivité : on veut réécrire l’histoire et substituer un pacte à Vienne aux Accords de Versaille, renommer Pascal Salin selon un savant mélange de dictateur communiste et de traumatisme de thème technique espagnol – Saline (dieu merci, je n’ai pas dit Joseph) -, déplacer Saint Jérôme et sa Vulgate au moyen-âge…

D’autres se seront pris pour Goethe en espagnol, et se font tenter par Machiavel au téléphone… De toutes façons, on s’en fout, on partira tous traire des chamois chez les mongoliens…

Les partiels à l’ISIT, c’est un week-end laissé aux révisions, une semaine d’épreuves, une moyenne de quatre épreuves de deux heures chacune par jour, deux dictionnaires en permanence dans le sac et Adolphe et Benito version vieux croulants en guise de surveillants – des réacs phallocrates aigris aux cheveux plus blancs que gris qui hurlent pour hurler, made in complot des vieux de Groland. Bref, c’est l’éclate, et pour oublier, on boit du café, on rit à des blagues Carambar (true story) et on cherche à détruire les locaux de l’école en jouant au foot dans la cafet’…

Le mot de la fin, par Jean-Stéphane B. :

« Cher monsieur Daniel Prat, veuillez excuser mon manque total de connaissances… On se reverra en août ! »

 

Vivement les repêches pour de nouvelles aventures !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s