Rengaine

Rengaine

Le temps est un amant qui fait des va sans vien,
Une caresse jamais faite que de rien,
Et s’il nous vient un jour de caresser l’espoir
De le capturer enfin, et d’enfin l’avoir,
Alors le désir ne s’en fait que plus intense,
Le temps fait des va, nous fait la nique, et puis danse.
Tic-tac-tic-tac mon amour binaire s’enfuit,
Je regarde au passé et vois nos traces au sol,
Là, si dorées qu’on ne croirait les avoir faites,
Et pourtant… Que ne ferait-on donc pas pour lui ?
Courir, toujours courir, autant que lui racole,
Et mourir, toujours, mourir d’envie qu’il s’arrête.
Etheldrède
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s