S.A.D.

Je me déglingue dans mon âme et dans mon corps,
Seules ses pensées m’apportent du réconfort ;
Du reste, je suis SAD, SAD en hiver,
La vie est fade, fade à se foutre en l’air.
Non. Non, ça ne sort pas de nulle-part,
C’est juste con, très con, et revanchard.

Je suis SAD, SAD à en mourir,
Je m’en évade par le rêve,
M’enferme dans les souvenirs,
Et chaque année, aucune trêve.

Je suis SAD
Comme une rengaine,
Je suis SAD
Again and again.

Etheldrède

[Je sais, c’est de la merde. Je ne sais plus écrire, « j’ai perdu ma plume », comme dirait l’autre, l’ancien moi. Enfin, j’écris, c’est quelque chose… Il n’y a pas plus nul que le rien. Je suis au-dessus de la nullité, joie et allégresse ! Oui, oui, je demanderai une lampe de luminothérapie pour Noël, juré…]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s